Accueil > Les pièges à éviter quand on construit une terrasse > Les pièges à éviter quand on construit une terrasse
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
03 Mar 2017

S’il existe plusieurs façons de réussir sa terrasse en bois, il en existe au moins 8 pour être sûr de la rater.


Dans un précédent article, nous vous avons donné quelques astuces pour bien construire sa terrasse en bois. Découvrez à présent les pièges à éviter absolument.

Les appuis maçonnés :

Poser des lambourdes dans le mortier peut sembler une bonne idée pour régler ses niveaux. Une vraie “fausse bonne idée” en fait, et ceux qui l’ont tenté s’en sont mordu les doigts. En effet, le mortier n’est pas assez souple et ne permet pas d’ajuster la pièce dès lors que l’on a trop enfoncée. Mais avant tout, le lit de mortier constitue un piège à eau redoutable, et par conséquent un foyer d’insalubrité dramatique.

Les appuis incertains :

En cas de doute quant à la qualité du sol, il n’y a pas à hésiter : les ancres métalliques (ou les fondations en béton) ainsi qu’une structure auto-portante s’imposent.

Les bois inadaptés :

Le frêne (non traité en BMT), l’érable, le merisier, le noyer, le hêtre ont beau être des bois durs, ils sont excessivement sensibles aux parasites. Tenez-vous en aux valeurs sûres.

L’absence ou le manque de ventilation :

Seuls les champignons et certains insectes apprécient une ambiance humide et confinée. Le manque de ventilation est à l’origine de 80% des sinistres sur les terrasses en bois. Outre les champignons, le confinement favorise également fortement le tuilage, jusqu’à rendre la terrasse impraticable. Rappel de la règle : 1/100ème de la surface doit être disponible en surface de ventilation.

A noter : les insectes et les rongeurs détestent les courants d’air ; une bonne ventilation est un excellent moyen de les éloigner.

La structure sous-dimensionnée :

Rien de plus désagréable, sinon comique, d’être installé sur une terrasse « trampoline », ou chaque convive semble peser le double de son poids, et quel gâchis si tout le reste est parfait ! Les bois de structure ne sont pas chers ; il n’y a aucune raison de lésiner sur la section adaptée.

Le calepinage avec aboutages alignés :

C’est la parfaite signature du bricoleur pressé ou du mauvais professionnel. A moins de rechercher un effet bien spécial, composé de différents groupes de lames, les aboutages doivent toujours être décalés en quinconce ou en pose parquet. C’est important pour l’œil, mais aussi pour la répartition des charges.

Négliger la toile de sol :

L’herbe, et spécialement la mauvaise herbe dispose d’une capacité extraordinaire à pousser dans des conditions difficiles.
L’effet sera désastreux et le démontage inévitable.

L’absence de jeu :

Le bois exposé aux éléments a besoin de pouvoir respirer. Que ce soit sous les lambourdes, contre les façades, contre le bandeau, entre les lames, entre les aboutages en longueur : Il faut du jeu partout !

 

À vous maintenant de réaliser votre terrasse bois
Maintenant que vous connaissez les pièges à éviter, choisissez la technique de pose de lames de terrasse qui vous convient le mieux. Nos partenaires peuvent vous fournir les matériaux nécessaires à la construction de votre terrasse.

Dans le cas où vous seriez intéressé par une pose qui s’avère trop compliquée, n’hésitez pas à nous contacter, nous vous ferons parvenir les coordonnées d’un poseur de terrasse bois partenaire grad proche de chez vous.